Dessin&Croquis / Dessins-Défis

Classé dans : Les Ateliers présentent | 0

 

 

Laurent, de l’association TANUKI, animateur de l’atelier « Dessin & croquis » à la MJC des Ponts Jumeaux et à la MJC Roguet a souhaité permettre à l’ensemble des participants  de ses ateliers de poursuivre leur pratique d’apprentissage, en leur proposant de relever des « défis de dessins ».

La méthodologie n’est pas du tout la même qu’à l’atelier. Ici, pas vraiment de suivi personnalisé, pas de conseil technique en direct, mais des propositions un peu inhabituelles pour inciter à la pratique du dessin et encourager l’autonomie dans la réponse au défi.

 

Un grand Bravo à l’ensemble des participants et un grand MERCI à Laurent.

Retrouvez les résultats sur le site de l’association TANUKI

 

Défi n°1

 

Sujet : Un objet vivant (ou presque vivant) de votre environnement proche.

Outils et techniques employées : libre.

Format et Dimensions : Carré (15X 15cm, ou 20×20 cm).

Durée de l’exercice : 3 fois 20 minutes maximum (avec possibilité de présenter un travail poursuivi au-delà).

Délai : 10 jours.

 

 

 

 

 

 

 

Défi n°2

 

Après un premier défi thématique, cet exercice relevait d’une technique de dessin : il consistait à dessiner le sujet de son choix, mais uniquement à l’aide d’un gros feutre noir, et sans crayonner préalablement.

Sujet : libre.

Outils et techniques employées : un gros feutre noir.

Format : carré.

Durée de l’exercice : libre.

Délai : 15 jours.

 

Défi n°3

 

Cette fois-ci le défi était à la fois thématique et technique : il s’agissait de réaliser un portrait en 2 couleurs.

 

La méthodologie proposée se fondait sur l’utilisation de forts contrastes entre des zones lumineuses et des zones sombres, imbriquées l’une dans l’autre. L’exercice consistait à déterminer dans un dessin, une peinture ou une photo librement choisie un fort contraste lumineux, de sorte à supprimer les nuances de gris et à découper des zones claires et des zones sombres.

Sujet : Portrait librement choisi.

Outils et techniques employées : libres, couleur sur fond coloré.

Format : carré.

Durée de l’exercice : libre.

Défi n°4

 

Pour ce quatrième défi, nous somme revenus à une proposition thématique, et de saison : le sapin (et ses co-pins…)

Au fil des ans je suis parvenu à la conclusion que l’arbre est un objet de la pratique artistique qui se prête, voire encourage, à une très grande diversité d’approches stylistiques. C’est vrai de toute thématique, qui n’oblige jamais à un traitement spécifique, mais à mes yeux cela s’accentue encore dès que le regard artistique se porte sur cet objet particulier.

Cela s’est vérifié avec le conifère : aucun des dessins que vous allez voir ne ressemble à un autre. La nature sauvage constitue une formidable source d’inspiration pour les artistes, et cette collection de dessins en apporte une nouvelle preuve.

J’avais certes demandé de prêter une attention particulière au cadrage. Mais outre la diversité de composition, de couleurs et de graphisme, une autre tendance est apparue parmi les travaux, sans que je n’y ai incité quiconque dans l’énoncé : l’approche picturale, à savoir un traitement plus « peint » que « dessiné ». C’est peut-être que notre bibliothèque mentale artistique est habitée des nombreuses toiles représentant des sapins en hiver… ou en été.

Encore une fois, la composition de ces planches de dessins, qui peut paraître calculée, doit tout au hasard: les œuvres sont présentées dans l’ordre de leur arrivée.

Laurent Claret, 11 janvier 2021.

Sujet : Le sapin ! Ou des sapins…

Outils et techniques employées : libres.

Format : carré (de préférence).

Durée de l’exercice : libre.

.

 

 

Défi n°5

 

Défi n°5 : L’Inde et les couleurs

Cette thématique est directement liée à un projet étudiant porté actuellement par la MJC des Ponts-Jumeaux, qui devrait donner lieu à une exposition en mars 2021 : “L’Inde et les couleurs”.

Cette fois, je n’ai pas donné de consignes strictes. En dehors de l’usage évident de la couleur, chaque personne était libre d’approcher le sujet à sa manière et de l’interpréter avec la ou les techniques de son choix.

J’ai simplement conseillé quelques types de recherches internet, et fourni un exemple non-restrictif de dessin :

Les productions que vous allez découvrir nous permettent d’aborder et d’imaginer des aspects très différents de cette immense région du monde. Cette fois-ci, elles sont accompagnées d’indications qui éclairent le sujet et sa réalisation technique.

Et dans leur diversité graphique, elles nous invitent à une grande « fête des couleurs »…

Laurent Claret, 3 février 2021.

 

Sujet : L’Inde et les couleurs (d’après dessin, peinture ou photo, voire souvenir pour celles et ceux qui s’y sont rendus…)

Outils et techniques employées : libres.

Format : libre.

Durée de l’exercice : libre.

 

 

Défi n°6

 

Défi n°6 : Le pinceau sec

Cela consiste simplement à utiliser l’encre noire présente dans le pinceau jusqu’à son épuisement, pour travailler avec des gris. Oui, avec de l’encre noire il est possible de faire apparaître des gris (c’est un des principes de l’imprimerie). Mais contrairement au lavis, où l’on dilue l’encre avec de l’eau pour l’éclaircir, le « pinceau sec », comme son nom l’indique, se passe d’eau. Le but de l’exercice est très précisément de parvenir à faire des gris sans avoir recours à un gris déjà prêt, simplement en jouant avec la rareté de l’encre et la pression des poils du pinceau sur le papier.

Lorsqu’on charge un pinceau en encre, celle-ci est d’abord dense et abondante, mais plus on utilise l’outil dans la foulée, plus l’encre se fait rare. Il est également possible de sécher d’emblée son pinceau directement en absorbant le surplus d’encre dans un chiffon, ou en le frottant sur un bout de papier.

C’est un peu technique, mais c’est aussi très amusant. Les poils du pinceau commencent à sécher, le noir laisse la place aux gris, l’encre ne laisse plus de masses mais seulement des traces…

« Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. »

René Char, La Parole en archipel

Avec la pratique, on peut enchaîner enchaîner naturellement le noir et les gris dans le même trait de pinceau. Un gris clair se fonce en repassant un gris clair par-dessus. Il devient ainsi possible de travailler les nuances par couches successives.

 

Laurent Claret, 1er mars 2021.

 

Sujet : libre.

Outils et techniques employées : pinceau rond ou brosse plate, et encre de Chine noire.

Format : carré (de préférence).

Durée de l’exercice : libre.

Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir.

 

 

 

Défi 7

 

Défi n°7 : La ruine, les ruines

 

Comme écrivait le poète, la ruine est « douée d’avenir ». Voici probablement une des thématiques artistiques les plus riches en possibilités : ruines architecturales (en raison du passage du temps, de l’abandon ou de la destruction volontaire), ruines anciennes intégrées à des constructions modernes, ruines de sculptures, ruines reprises par la végétation, ruines industrielles, cimetières de voitures, de bateaux ou d’avions, ruines sous-marines : les sujets ne manquent pas.

Et les possibilités techniques sont tout aussi vastes. La ruine peut être traitée en couleur, mais elle se prête évidemment à des couleurs désaturées (c’est-à-dire non vives, tendant vers le gris), au noir-et-blanc, au sépia … La ruine peut être interprétée à la ligne, ou par le contraste, et surtout par les textures (ou par les trois à la fois). Le plus important, à mon avis, ce sont les textures : pinceau sec (voir défi n°6), crayon gras utilisé avec le côté de la mine, etc.

Vous trouverez ci-dessous des dessins réalisés au crayon, aux crayons de couleurs, à l’acrylique, à l’aquarelle, aux feutres … et souvent avec un mélange de ces techniques.

Une nouveauté cette fois-ci : je suis allé fouiller dans les archives, pour publier des dessins essentiellement réalisés en atelier, que vous pourrez découvrir au-dessous des petits derniers.

 

Laurent Claret, 18 mars 2021.

 

Sujet : la ruine.

Outils et techniques employées : libres.

Format : carré (de préférence).

Durée de l’exercice : libre.

toutes les infos : http://assotanuki.eklablog.com/les-defis-de-dessin-episode-7-a207159320

 

 

Défi 8

Défi n°8 : La mer, qu’on voit danser…

 

Une chanson célèbre a servi de guide à ce défi. Tout s’y tenait déjà, y-compris les limites que j’ai imposées à l’exercice : pas d’homme à la mer, ni d’embarcation au large. Les barques et les bateaux, s’il y en a, sont à terre, voire un peu à l’eau. On reste à quai.

Je n’ai pas fourni d’indications techniques, simplement quelques exemples des possibilités qu’offre ce sujet, tant dans le cadrage que dans l’approche graphique.

C’est la mer et ses rivages, la mer « le long des des golfes clairs »…

C’est la mer et sa flore, la mer « des étangs » et des « grands roseaux mouillés »…

C’est la mer et sa faune, animale et humaine, « ses oiseaux blancs et ses maisons rouillées »…

C’est la mer et ses lumières, la mer « des reflets changeants, sous la pluie… »

Les dessins rassemblés ici reflètent cette variété des paysages et des sentiments de l’être humain face à cette immensité.

Plus bas, les archives de l’atelier nous emportent de la Charente à la Chine, des falaises D’étretat jusqu’aux portes de Venise, de la Bretagne à Dakar, et même jusqu’à la Mongolie, pays pourtant sans mer …

 

Laurent Claret, 8 avril 2021.

 

Sujet : la mer.

Outils et techniques employées : libres.

Format : carré.

Durée de l’exercice : libre.

.

toutes les infos :http://assotanuki.eklablog.com/les-defis-de-dessin-episode-8-a207354326