Cuba Hoy – Samedi 5 février aux Amid’Ô

Fiestas & Cultures du Monde autour de l’Amérique Latine, les Caraïbes et l’Afrique

Le festival “CUBA HOY !… Terres de Rencontres” fête ses 25 ans  !

à TOULOUSE

avec 4 jours de temps forts les 3, 4, 5, 6 février 2022

 

Dans ces temps d’incertitude, de bouleversements, de mutations, le festival reste ancré dans son désir de rencontres et d’échanges. Il puise dans les richesses et la diversité des cultures d’Amérique Latine, des Caraïbes et d’Afrique pour transmettre et enthousiasmer. Danse, musique, théâtre, cinéma, esprit festif et convivialité… Ateliers, débats ouvrent à un large public  les portes “du vivre ensemble” et de l’art sous toutes ses formes.

Rythmée de souvenirs, de retrouvailles et de découvertes, cette 25ème édition est un voyage tambour battant en Amérique Latine, un flow de musique et de danse, jalonné de coups de gueule et de cœur, de poésie, de fête et de partage.

 

 

SAMEDI 5 FÉVRIER
 
MJC des Ponts Jumeaux – Site des Amid’Ô
Intrigues au goût d’Amérique Latine

 

Dans la journée : ateliers enfants & adultes  – cuisine colombienne, écriture, danses latines…

 

ATELIERS HORS FORFAIT

 

Samedi 5 février / 14h à 16h / MJC des Amidonniers / Salle de spectacle / 20€
Luciano Gimenez Luna

 

Répertoire du folklore d’Argentine.

Nous verrons les différents aspects rythmiques de la chacarera et du carnavalito. Accompagnement, bases rythmiques, repiques, accents et variations, percussions corporelles.

Nous avons quelques bombos, mais si vous avez le vôtre, apportez-le !

 

Luciano GIMENEZ LUNA (Argentine)

Musicien, danseur et professeur de musique, il est diplômé de l’École Supérieure Artistique de Santiago del Estero (2014). Comme danseur, il a participé à plusieurs tournées internationales (Italie, Hollande, Mexique, Uruguay, etc…) avec le Ballet Folklórico Latinoamericano Santiago del Estero (2001-2011).

Comme musicien du groupe Tanta, il a tourné en Argentine et en Amérique latine, et produit deux albums : Sueño en el Monte et Latiramerica. Depuis son arrivée en France en 2017, il organise des ateliers de musique argentine (percussions, voix, instruments). Actuellement, il dirige artistiquement le groupe de musique argentine et latino-américaine Bombo Latiendo (Albi ).

 

 

Samedi 5 février / 14h15 à 16h15 / MJC des Amidonniers / Salle de réunion / 19€
Malie Berton-Daubiné – L’Echangeoir d’écriture

 

Regarder à travers les fenêtres, pousser les portes, s’infiltrer dans les quartiers interdits ou se glisser à travers les brumes du passé… Le polar, c’est aussi le prétexte d’une intrigue pour explorer le monde.

Dans cet atelier, Malie vous propose un voyage en noir mais avec les lumières des maîtres du roman policier cubain, leur humour, leur tendresse, leur dérision… et leur regard critique.

 

Malie BERTON-DAUBINÉ (Toulouse)

Animatrice d’ateliers d’écriture et créatrice de l’Echangeoir d’écriture, formée par Aleph écriture, Malie a publié plusieurs nouvelles et a aussi longtemps travaillé en librairie et enseigné à l’université. Pour vous aider au mieux, elle met à votre disposition ses compétences pédagogiques et littéraires ainsi que sa propre expérience d’écriture.

 

Samedi 5 février / 10h à 13h / Mjc des Amidonniers  / Salle réunion / 15€
Dimanche 6 février / 10h à 13h / Mjc des Amidonniers  / Salle réunion / 15€
Marcela Cattin-Gomez

 

Colombienne ? Vénézuélienne ? Chacun vous dira que l’arepa est de chez lui. Wikipedia nous dit que “le mot arepa provient du mot  erepa, qui veut dire “maïs”dans le dialecte des Cumanagotos, une tribu vénézuélienne originaire de Cumaná…”.

Mais il faut savoir que les régions de la Colombie et du Venezuela étaient territoires Caraïbe jusqu’à l’arrivée des Européens (1492). Simon Bolivar, El Libertador, un des héros de l’indépendance de l’Espagne était, d’ailleurs, vénézuélien et la Colombie, le Panama, le Venezuela et l’Équateur formaient La Gran Colombia (1821-1831).

Donc vouloir s’approprier l’origine du ce pain de maïs s’avère un peu absurde!

Le maïs étant la base alimentaire de toute la Mésoamérique et le nord de l’Amérique du sud, il y a de multiples façons de fabriquer cette sorte de galette selon les pays et leurs régions. Dans notre atelier, nous allons préparer l’arepa colombienne grillée ou à la poêle, comme nous la préparions dans ma famille, mélange d’antioqueño (mon père de la région andine centrale) et barranquillera (ma mère de la côte caraïbe). Nous l’accompagnons habituellement avec du fromage frais, le hogao/hogo qui est une petite sauce à base de tomate, oignons et ail roussis ou simplement avec du beurre.

 

Marcela CATTIN-GOMEZ / COLECTIVO GUAYABO (Colombie)

Je suis née à Cali en Colombie. J’ai suivi une formation académique littéraire qui m’a amenée à suivre des études de littérature anglaise à Connecticut aux États-Unis. C’est là que j’ai connu celui qui allait devenir mon mari et le père de mes trois enfants. J’ai adopté son pays et sa nationalité : la France. Après avoir vécu dans trois continents différents – les Amériques, l’Afrique et l’Europe – nous sommes revenus en France en 2005 et Toulouse est devenue ma ville d’adoption.

J’ai toujours adoré cuisiner et découvrir ce que les gens mangeaient dans chaque pays où j’ai vécu. Cela fait qu’aujourd’hui je crée une cuisine métissée pour mes amis mais aussi pour le milieu associatif : je prépare des repas pour des festivals et résidences artistiques. Mais j’ai aussi d’autres cordes à mon arc : je suis également professeure d’anglais et d’espagnol, un peu écrivaine, un peu artiste peintre.

 

 

ATELIERS AU FORFAIT

Ateliers d’1h15 chacun, avec possibilité de forfaits

Participation :

  • 1 atelier : 13€ / 11€ tarif réduit *
  • 2 ateliers : 25€ / 21€ réduit*
  • 3 ateliers : 37€ / 31€ réduit*
  • 4 ateliers : 47€ / 40€ réduit*
  • 5 ateliers : 57€ / 48€ réduit*

*Le tarif réduit s’applique sur justificatif : adhérent Yemayá 2022, demandeur d’emploi, étudiant, 12/18 ans, jeune en service civique, couple pour inscription sur le même atelier de danses de couple, élèves d’écoles de danse partenaires

 

“Le tango est une danse d’improvisation. C’est une création permanente, où danseurs et danseuses choisissent à chaque instant leur parcours, leurs figures, la manière de s’appuyer sur l’accent musical. Même avec un bagage très simple, par exemple en marchant et s’arrêtant dans les différentes directions, une personne peut danser et improviser en créant son propre parcours et créer un dialogue avec l’autre. Les figures, les séquences où les pas de base que propose l’enseignant.e servent de base et de matière pour évoluer dans la danse. Enseignés avec l’idée de la recherche créative, ces outils chorégraphiques développent l’esprit artistique de la danse du tango.” Marina Carranza / Aqui Macorina

 

1 TANGO ARGENTIN NIVEAU DÉBUTANT
Samedi 5 février / 10h à 11h15 / Mjc des Amidô / Salle des sports
Marina CARRANZA & Bassem FAKHFAKH

 

Les fondamentaux
Les bases pour toutes et tous… La marche, la posture, la connexion, des variations pour le bal.

 

2. TANGO ARGENTIN NIVEAU AVANCÉ
Samedi 5 février / 11h30 à 12h45 / Mjc des Amidô / Salle des sports
Marina CARRANZA & Bassem FAKHFAKH

 

L’improvisation, l’interprétation, le double rôle et le non rôle…

Cours pour les danseurs et danseuses confirmé.es. L’axe de travail sera le dialogue dans le couple et les possibilités de changer de rôle ou de danser sans rôle attribué. Chemin ouvert à l’improvisation dans la forme comme dans la manière de danser.

 

Marina CARRANZA / CIE AQUI MACORINA (Argentine)

Marina est une artiste chorégraphe argentine, danseuse de tango, comédienne, pédagogue et performeuse. C’est le tango argentin, héritage familial, qui l’a amenée à parcourir le monde.

A Toulouse, elle se consacre à l’enseignement du tango depuis plus de vingt ans et à la création artistique. Dans les deux domaines, elle privilégie la recherche personnelle liée à l’inter-relation des différents arts. Renommée pour sa pédagogie claire et précise, elle met en rapport la tradition du tango argentin avec un regard sensible et ludique qui a ses bases dans l’art de la scène et du théâtre. Sa démarche est fondée sur l’expérience de l’improvisation, la recherche du mouvement “intérieur”, ce pourquoi le corps se met à danser, découvrir ce qui l’anime.

Elle saura vous aider à développer votre créativité et votre confiance en vous permettant de nouvelles possibilités d’expression.

 

Bassem FAKHFAKH

D’origine tunisienne, Bassem arrive en France pour ses études, et devient ingénieur informaticien. En parallèle, il découvre le monde artistique par les danses latines et afro-cubaines. Il intègre la compagnie Ocho y Salsa pendant quelques années et la compagnie de folklore argentin De Mi Tierra.

Il se forme en tango argentin en France, Angleterre et Argentine où il poursuit ses recherches inspirées par les techniques de Dinzel et de l’école Arte Nuestra.

En tant que danseur, il participe à différents spectacles  “Estampas argentinas” (festival de Tarbes), “Oswaldo “, spectacle auto-produit (Bristol, Angleterre) et se produit sur scène lors de concerts et soirées tango.

Son tango se caractérise par une maîtrise des différents piliers de la danse et un équilibre entre technique, connexion et interprétation… toujours avec une grande sensibilité musicale.

 

Bassem apportera son approche personnelle axée sur la musicalité grâce à son analyse musicale des morceaux de tango argentin : rythmes et mélodies, tempo, contretemps, syncope…

 

Samedi 5 février / 14h à 15h15 / Mjc des Amidô / Salle des sports
Marina CARRANZA, Bassem FAKHFAKH, Bunthoeun POL

Originaire d’Argentine, la milonga est une danse mais aussi le lieu où l’on danse le tango, la valse et la milonga. Techniquement, elle est très proche du tango mais le rythme est plus léger, vif et alerte. Basée sur le contretemps, elle n’a ni pause, ni suspension, ni ralenti. C’est une danse tonique et gaie.

La milonga de traspié est une variante de la milonga appelée lisa (lise) ou “normale”.

Elle possède une variante rythmique appuyé par un “traspié” qui rythme et ponctue la danse de manière délicieuse…

 

Marina CARRANZA / CIE AQUI MACORINA (Argentine)

Marina est une artiste chorégraphe argentine, danseuse de tango, comédienne, pédagogue et performeuse. C’est le tango argentin, héritage familial, qui l’a amenée à parcourir le monde.

A Toulouse, elle se consacre à l’enseignement du tango depuis plus de vingt ans et à la création artistique. Dans les deux domaines, elle privilégie la recherche personnelle liée à l’inter-relation des différents arts. Renommée pour sa pédagogie claire et précise, elle met en rapport la tradition du tango argentin avec un regard sensible et ludique qui a ses bases dans l’art de la scène et du théâtre. Sa démarche est fondée sur l’expérience de l’improvisation, la recherche du mouvement “intérieur”, ce pourquoi le corps se met à danser, découvrir ce qui l’anime.

Elle saura vous aider à développer votre créativité et votre confiance en vous permettant de nouvelles possibilités d’expression.

 

Bassem FAKHFAKH

D’origine tunisienne, Bassem arrive en France pour ses études, et devient ingénieur informaticien. En parallèle, il découvre le monde artistique par les danses latines et afro-cubaines. Il intègre la compagnie Ocho y Salsa pendant quelques années et la compagnie de folklore argentin De Mi Tierra.

Il se forme en tango argentin en France, Angleterre et Argentine où il poursuit ses recherches inspirées par les techniques de Dinzel et de l’école Arte Nuestra.

En tant que danseur, il participe à différents spectacles  “Estampas argentinas” (festival de Tarbes), “Oswaldo “, spectacle auto-produit (Bristol, Angleterre) et se produit sur scène lors de concerts et soirées tango.

Son tango se caractérise par une maîtrise des différents piliers de la danse et un équilibre entre technique, connexion et interprétation… toujours avec une grande sensibilité musicale.

Bassem apportera son approche personnelle axée sur la musicalité grâce à son analyse musicale : rythmes et mélodies, tempo, contretemps, syncope…

 

Bunthoeun POL

Né en Thaïlande, Bun arrive en France à l’âge de deux ans suite à la guerre du Cambodge. Il étudie comptabilité, commerce, anglais et japonais. En 2007, il s’installe à Toulouse et s’initie à la capoeira au sien de l’association Ginga Nago Sô. Il s’y investit totalement et en devient professeur en 2012. Autodidacte en musique, la capoeira lui permet de découvrir les rythmes afrobrésiliens en percussion, batucada, afoxe, samba et autres musiques de la culture brésilienne. Grâce aux spectacles de capoiera, il découvre le plaisir de la scène. Parallèlement, il apprend le tango argentin au sein de l’association De Mi Tierra et intègre sa troupe de danse folklorique avec laquelle il se produit règulièrement.

Aujourd’hui, il crée des passerelles entre la capoeira, les différents arts martiaux (tir à l’arc, tae kwon do, hapkido, tai jutsu, wing chung) qu’il a pratiqués depuis son adolescence et le tango argentin, notamment par le biais de plusieurs “universités laboratoires” auxquelles il participe autant pour la création que la transmission.

Bun joue de la percussion parallèlement a sa pratique de capoeira.

La milonga es un rythme aux origines africaines. La percussion dans la milonga est un élément constitutif…

Bun apportera la magie de la musique en live et la possibilité aux stagiaires de pouvoir danser, pratiquer dans l’échange et l’interactivité

 

 

La salsa caleña est née à Cali, en Colombie. Cette salsa a pris des proportions tellement importantes dans la ville de Cali, qu’elle est désormais considérée comme la capitale mondiale de la salsa.
Elle est tonique, c’est un mélange de rythmes divers comme le boogaloo, la pachanga et des danses modernes et folkloriques colombiennes telles que la cumbia.
Elle met en valeur les mouvements des pieds (jeux de jambe), les tours et les passes rapides. L’écoute de la musique est essentielle afin que le corps s’imprègne du rythme, des instruments, des “breaks” musicaux… La salsa caleña permet de développer ses capacités d’improvisation, d’écoute musicale, et se danse aussi bien seul.e qu’à deux. On peut également l’utiliser en salsa portoricaine ou cubaine, pour les agrémenter de jeux de jambes qui font souvent sensation en soirée. Elle est amusante et joyeuse à danser. Il existe des mouvements subtils des hanches, du torse et des épaules.
Venez développer dynamisme, technique, rapidité et improvisation… Dans la joie et la bonne humeur !

1 SALSA COLOMBIENNE “CALEŇA” NIVEAU DÉBUTANT

Samedi 5 février / 10h à 11h15 / Mjc des Amidô / Salle de spectacles
Widad ZEIN

Pré-requis : vous n’avez jamais pris de cours de salsa (que ce soit colombienne, portoricaine ou cubaine) ou vous l’apprenez depuis moins d’un an. Vous allez apprendre les bases de la salsa caleña à deux pour pouvoir commencer à la danser en soirée dès le soir même. Le rythme du cours sera adapté à un niveau complètement débutant.

 

2. SALSA COLOMBIENNE “CALEŇA” NIVEAU FAUX DÉBUTANT

Samedi 5 février / 11h30 à 11h15 / Mjc des Amidô / Salle de spectacles
Widad ZEIN

Pré-requis : vous dansez déjà la salsa portoricaine ou la salsa cubaine depuis plus d’un an, ou vous avez déjà des bases de salsa colombienne. Vous allez apprendre de nouveaux jeux de jambes et tours que vous pourrez incorporer dans votre salsa cubaine, portoricaine ou caleña. Vous apprendrez comment se guident les jeux de jambes à deux.

 

WIDAD ZEIN / PuntaTalon Academy

Pour Widad, un seul mot d’ordre : à qui est passionné.e, rien n’est impossible !
Jeune francosyrienne de Poitiers, Widad Zein a réalisé son rêve d’enfant et est devenue danseuse professionnelle de salsa et de danses latines.
Danseuse de hip-hop dès son plus jeune âge, elle découvre la salsa à 16 ans. Suite à un séjour d’un an en Australie où elle y rencontre de nombreux colombiens, elle part à Cali, la capitale mondiale de la salsa pour une formation en salsa caleña et portoricaine de 18 mois, au sein du Swing Latino, plus grande école de salsa caleña au monde, mais aussi avec Salsa Pura, et intègre pendant 6 mois la compagnie professionnelle d’Adrianita & Jefferson, multiples champions mondiaux et finalistes de the Word of Dance 2020. Pendant le premier confinement lié au Covid, elle fonde la  première école de salsa caleña en ligne, la PuntaTalon Academy, pour permettre aux personnes qui la suivent à distance de découvrir et de se former avec elle à la salsa caleña. Revenue avec en poche son diplôme de professorat, elle s’installe à Toulouse et poursuit ses cours avec la PuntaTalon Academy, mais cette fois en présentiel, et crée un groupe de salsa artistique amateur pour des représentations, la PuntaTalon Dance Team, un mélange subtil de salsa caleña et portoricaine.
Venez profiter de son expérience et de son dynamisme !

 

 

 

CONFERENCES

Participation libre et nécessaire 

16h30-17h30 : conférence sur la percussion argentine animée par Luciano Gimenez Luna, musicien, danseur et professeur de musique. Luciano évoque les origines de la musique traditionnelle argentine, ses influences, ses racines, son évolution. Il explique les différentes utilisations des percussions dans la musique folklorique à travers des rythmes tels que huaynos, chacareras et vidalas. Le bombo leguero, la caja seront à l’honneur !

 

 

 

 

17h45 : conférence Descente au coeur du polar latino-américain” animée par Jean-Marc Laherrère, Toulouse Polars du Sud.

Il n’y a pas qu’Hercule Poirot et Philip Marlowe. Depuis déjà de nombreuses décennies les flics, détectives privés, cambrioleurs, trafiquants et autres malfrats sévissent aussi en Amérique Latine.

 

 

 

 

Billetterie et programme complet spectacles et ateliers en ligne 

www.festival-cuba-hoy.fr / 05 61 11 28 29 / associationyemaya@gmail.com

facebook, instagram

 

Lieu : Les Amid’Ô – 2 port de l’Embouchure 31000 TOULOUSE

🚶🏽‍♀️𝖯𝗈𝗎𝗋 𝗏𝖾𝗇𝗂𝗋 : 𝖤𝗇 𝖻𝗎𝗌 – 𝖫𝗂𝗇é𝗈 𝟣 : 𝖠𝗋𝗋ê𝗍 𝖥𝗈𝗎𝗋𝗆𝗂 𝖾𝗇 𝗏é𝗅𝗈 𝖵é𝗅𝗈𝗌𝗍𝖺𝗍𝗂𝗈𝗇 𝗇° 𝟣𝟥𝟣 – 𝟣𝟧 𝗋𝗎𝖾 𝖯𝖺𝗎𝗅 𝖡𝖾𝗋𝗇𝗂𝖾𝗌

 

Buvette et restauration tout au long du festival